Charles Fehrenbach, 29 avril 1914 - 9 janvier 2008

Eric Sohier

Charles Fehrenbach, auteur de l'ouvrage Des hommes des télescopes des étoiles nous a quittés le matin du 9 janvier 2008. À l'office funèbre au Temple protestant de Combas près de Nîmes où il résidait entouré de l'affection de son épouse Reine, étaient réunis autour de sa famille, plusieurs centaines d'amis, astronomes, membre de l'Académie des Science, membres de la Légion d'Honneur dont le défunt était Commandeur, anciens combatants ou simples anonymes venus rendre un dernier hommage au grand homme.

Résumé d'une vie toute dévolue à l'astronomie, le Président de la Société Astronomique de France a eu le grand honneur de prononcer, au début de cet office un éloge de la carrière exceptionnelle de ce très grand astronome du XXème siècle suivi d'interventions de l'Académicien Georges Courtès et de l'opticien Gérard Lemaître.

Voici le texte de cet éloge. "Des Hommes des télescopes des étoiles tels furent les moteurs d’une carrière d’exception très difficile à résumer tant elle fut riche. Quand, en 1931, le jeune astronome amateur qu’était Monsieur Fehrenbach entre au groupe d’Alsace de la Société Astronomique de France encouragé par Madame Gabrielle Camille Flammarion, lui est offert ce qu’il dénommait lui-même « la chance de ma vie » : son destin croise alors celui d’André Danjon qui le guidera dans sa future carrière.

"Des Hommes des télescopes des étoiles tels furent les moteurs d’une carrière d’exception très difficile à résumer tant elle fut riche.

Quand, en 1931, le jeune astronome amateur qu’était Monsieur Fehrenbach entre au groupe d’Alsace de la Société Astronomique de France encouragé par Madame Gabrielle Camille Flammarion, lui est offert ce qu’il dénommait lui-même « la chance de ma vie » : son destin croise alors celui d’André Danjon qui le guidera dans sa future carrière.

Professeur agrégé de Sciences Physiques dès l’âge de 23 ans, Monsieur Fehrenbach est admis à l’observatoire de Strasbourg où, sous la conduite d’André Danjon, il rédige une thèse sur la mesure des vitesses radiales des étoiles le conduisant à l’invention du prisme-objectif portant aujourd’hui son nom. Nommé professeur agrégé au lycée Saint Charles de Marseille en 1939, le voilà arrivé à l’aube d’une brillante carrière d’astronome … et à 500m d’un observatoire qu’il dirigera de 1948 à 1971 en succédant à Jean Bosler. Nommé aide-astronome en 1941, astronome-adjoint en 1943, puis astronome titulaire quelques années plus tard, Monsieur Fehrenbach est le premier à exercer, en tant que sous-directeur, dans la toute jeune station d’astronomie de Saint Michel où ce dernier se distingue aussi par de hauts faits de Résistance, n’hésitant pas à y cacher durant l’occupation allemande des personnes de confession juive, ce que relate à cet endroit une stèle dévoilée en 2003.

Sous la direction de Monsieur Fehrenbach cette petite station d’astronomie deviendra le grand observatoire de Haute Provence que nous connaissons aujourd’hui et où fut découverte la première planète extrasolaire en 1995. Il en fut directeur de 1966 à 1983 mais l’était dans les faits depuis son arrivée.

Charles Fehrenbach à été l’un des premiers astronomes à comprendre l’intérêt des observations depuis l’hémisphère austral et dès sa création il participera sans relache aux activités de l’European Southern Observatory et c’est même à lui que nous devons le nom de cette organisation mondialement reconnue connue sous le nom d’ESO. Après l’installation, durant quelques années, d’une station d’observation en République Sud Africaine, il sera l’un des principaux acteurs de la naissance, au Chili, de l’observatoire de La Silla doté d’un télescope de 3,6m de diamètre et du télescope Canada-France-Hawaii de même puissance placé à l’observatoire du Mauna Kea à Hawaii. Monsieur Fehrenbach a dirigé durant 10 ans la Commission des Instruments de l’ESO et a présidé le Bureau des Longitudes dont il était membre depuis 1956.

Grand bâtisseur des outils de l’astronomie moderne, Monsieur Fehrenbach n’a jamais délaissé la recherche. Auteur d’innombrables publications, son sujet d’étude favori était la spectrographie stellaire et l’appréciation du mouvement des étoiles par la détermination de leur vitesse radiale. Le Grand Nuage de Magellan était son objet de prédilection. Etudes de l’atmosphère, étude des comètes et des nébuleuses complétaient aussi le quotidien de ce chercheur hors du commun.

Conférence sur le Grand Nuage de Magellan aux Rencontres Astro Ciel 2007

Cette carrière exceptionnelle lui a valu de très nombreuses distinctions scientifiques :

Correspondant de l’Académie des Sciences à partir du 18 février 1963,

Membre de l’Institut depuis le 12 février 1968,

Vice Président Honoraire de l’Union Astronomique Internationale,

Commandeur des Palmes Académiques,

Professeur émérite de l’Université de Genève,

Médaille d’Or du CNRS en 1977,

Prix Jules Janssen et Prix Manley Bendall de la Société Astronomique de France.

Monsieur Fehrenbach n’a jamais oublié la communauté des astronomes amateurs à laquelle il était très attaché et où il faisait l’unanimité par sa gentillesse, sa simplicité et sa disponibilité, n’hésitant pas à parcourir des centaines de kilomètres pour aller à sa rencontre comme ce fut une dernière fois le cas il y a quelques mois seulement.

A l'interféromètre de Bath avec Charles Rydel aux Rencontres Astro Ciel 2007

Il s’en est allé trois mois après la réédition de son ouvrage Des Hommes des télescopes des étoiles, véritable chronique des débuts de l’astrophysique française, relatée par l’un de ses acteurs principaux, et après avoir mis un point final à une carrière exemplaire en publiant un dernier article sur le Grand Nuage de Magellan paru en décembre 2007 dans la revue l’Astronomie de la Société Astronomique de France.

Cette vie toute dévolue à la science, au progrès et à la diffusion des connaissances ont fait de Charles Fehrenbach l’un des plus grands astronomes du XXème siècle. Depuis 1963, son nom est attaché au ciel pour l’éternité à l’astéroïde n°3433, petit monde situé à cet instant à 389 millions de km de nos regards.

En compagnie de Reine, son épouse, aux Rencontres Astro Ciel 2006

La communauté astronomique vient de perdre un de ses pairs et la Société Astronomique de France un grand ami. Merci Monsieur Fehrenbach de nous avoir tant apporté par votre courage et votre passion. Tous, nous nous associons à la peine de Madame Fehrenbach et de la famille.

Combas, le 11 janvier 2008."

Hommage rendu à la SAF en 2006

Charles Fehrenbach, 29 avril 1914 - 9 janvier 2008

Tags: 

Nos partenaires

Ville de Prisches
La Municipalité de Prisches : notre partenaire de toujours